dimanche 21 janvier 2018

Béranger : le dénouement approche

Samedi 20 Janvier 2018
Trou de Béranger ; Trassanel
Jean Marie
TPST : 7 heures

Je profite d'être seul pour revenir au fond de Béranger.
Je déballe tout mon matériel content de ne rien avoir oublié. Erreur il manque la mèche de 8x40 et le bourroir. Je n'ai qu'une petite mèche de 8x30 et un morceau de bourroir en bois que Guillaume avait cassé lors d'une des dernières sorties. 
La démolition de la murette qui produisait une gamate pour 4 tirs est loin. J'avais aussi oublié que le chantier avait retrouvé une avance normale et que quelques gamates m'attendaient sur le front. Après vidange du pont bas que les dernières pluies ont s'est rempli.
Le premier tir est parfait. Tout compte fait 5 à 6 cm de bourrage suffisent. Du moins dans cette roche. J'atteins l'angulation qui m'empêchait de voir la suite. En fait le conduit ne remonte pas comme je le pensais mais continue horizontalement. Ce que j'avais pris pour une cheminée n'est qu'une cloche. 2° tir parfait également. J'avance. La suite : un amas terreux à gauche, une lame au milieu séparée de la paroi de droite par une faille d'un centimètre pleine de terre. Les choses se gâtent. Tous les trous traversent. Le 4° ne ressort pas. Mais la paille ne part pas. Et merde, je n'ai plus qu'à repercer dans ce gruyère. Je tente la paroi de droite mais le trou arrive sur la faille. Enfin un 2° trou sur la paroi est utilisable. Effet excellent la paroi a bien pété et la lame n'existe plus. Je récupère la paille défaillante et poursuis la progression. Tel un bousier reculant les bras pleins de terre et de roches pour les ranger dans le point bas. Au delà le section change : plutôt faille verticale remontante. Je n'ai plus de place pour stocker.
Le coin est agréablement ventilé. Je travaille couché sur la paroi de gauche bien moelleuse. Presque trop c'est la consistance de l'argile juste comme il faut pour tourner une poterie. La principale dépense d'énergie étant justement de décoller le casque de sa gangue.
Tout au long de la journée le courant d'air aspirant était net, régulier, emportant les poussières de perçage et les gaz. Par contre en avant, le grondement irrégulier des rafales est impressionnant, irrégulier et sans rapport avec le courant d'air de la cavité. J'ai la nette impression que c'est le bruit du vent à l'extérieur. Çà fera une traversée d'initiation ! Mais je ne comprends pas l'intensité du bruit. Il n'y a pas de trou pénétrable en surface. Je suis plusieurs mètres sous terre et si une faille ressort elle doit être assez étroite et colmatée. Comment le vent peut-il se faire entendre aussi bien. En ressortant j'ai entendu le même bruit à la sortie mais que quelques mètres avant la porte et là le conduit est de section respectable et la lumière du jour visible.
Autre élément qui ne me rassure pas : la cavité a été visitée par un Minervologue (ou Cabardologue) notoire et son rapport sur les perspectives du chantier est enthousiaste voire dithyrambique...
Quoiqu'il en soit j'ai besoin de renfort pour évacuer les gravats et finir le boulot : 95 % de "chances" de sortir et 5 % de ...

dimanche 7 janvier 2018

Kondalé 2018... On creuse toujours !

Samedi 6 Janvier 2018
Kondalé,Trassanel
JMichel, Guillaume, JMarie
TPST : 7 heures

Poursuite de la topo avec Guillaume pour l'article dans Spéléaude (à paraître prochainement dans les meilleures...). JMi en a profité pour percer en pointe au fond du tube au palier du P6. Je n'étais pas encore venu par là. Méandre classique : 80 cm de haut, une quinzaine de large, avec des lames étagées. Le chantier avance honnêtement, à peine interrompu par des discussions byzantines sur le diamètre de perçage et l'intérêt du percuteur. JMichel grogne et râle comme en 2017. 
On voit sur 2 mètres assez facile à élargir puis il semble y avoir un ressaut sur la gauche. Courant d'air irrégulier mais parfois violent "à éteindre une acéto" dixit le Président. Remontée peu avant 16 heures, à bout d'accus, pour éviter la marinade annoncée. Qui n'arrivera que le lendemain. J'ai pris bien soin de fermer la porte...
Tous le matos de désob est chez Jean Claude (sauf ma batterie de visseuse pour les mises à feu). Contacter JC la veille de sortie pour mettre en charge.
Trésorier : il faut acheter un accu ! 

JMarie

vendredi 29 décembre 2017

Tsum Valley


Népal
Vallée de Tsum
Octobre 2017

Rien à voir ou pas grand chose avec la spéléo. Par ces temps de basse activité souterraine je poste ce petit film sur notre treck Népalais. 


Pas de spéléo dis-je. Quoiqu'on ait réussi à trouver une cavité dans une sorte de mélange bréchique. Quelques dizaines de mètres carrés. Occupés par un temple bien entendu.




J'ai lourdement insisté auprès de notre guide en lui expliquant en anglais (parfaitement anglophone, lui...) ce qu'était la spéléologie. Connaissait-il des cavités ?

Son oeil a fini par s'allumer : il connait une cavité gigantesque... Pour y pénétrer il faut commencer par se déchausser... (ça part mal) Et le temple à l'intérieur est gigantesque...

Après quelques jours je commençais à m'habituer aux vides vertigineux. A moitié couché sur une vire péteuse je m'ébaubissais sur mes progrès en escalade quand j'ai été brusquement doublé par ... un convoi de mules ... C'en fut terminé de mes prétentions en alpinisme.



 Le film donc :



Merci à Noël qui a organisé ce voyage, à nos guides Lakpa et Parkas et à nos porteurs Padam, Songa, Siété et Tara.

Et BONNE ANNÉE 2018 A TOUS





mardi 26 décembre 2017

Un hiver au soleil

23 12 2017
Grande Doline et Trou du Pape Gruissan
TPST : 1 heure
JMichel, Michel, Jean Marie

Michel nous propose une petite balade sur la Clape. Bonne idée, ça nous extrait de la météo londonienne que l'on subit depuis 15 jours.
Deux anciens trous à reprendre.
Traversée du plateau et nous arrivons à la Grande Doline,




désobée il y a de nombreuses années par le GPS. Puis le chantier avait été camouflé :


Donc : pas grand chose à poursuivre : trémie non ventilée qui peut donner sur une galerie dans ??? En plus ça s'éboule.
Nous partons pour le trou suivant et la promenade est vraiment agréable : temps doux et ensoleillé. On est dans un autre monde.






Pause repas à l'entrée. Equipement breveté SSecours. 





Petit puits et une galerie agréable qui se termine prématurément. Il faudrait creuser le remplissage d'argile pour poursuivre. Mais on a assez de chantiers à la noix en cours pour s'en chercher de nouveaux.

Retour par le Rec d'Argent. Il faudra se faire pomper la vasque pour aller y faire un tour.

vendredi 22 décembre 2017

Elle est arrivée !

Mercredi 20 décembre
Luchon
Claire, Jean Marie

Comme dit JMichel au moindre blanchissement des Pyrénées...



Pour éviter les risques d'avalanche annoncés par MétéoFrance nous choisissons le Pic de Bacanére au dessus de Luchon. Ici pas de risques : c'est plat !




Nous n'avons pas trouvé trace des 2 fois 30 cm tombés en 2 jours, mais il y a quand même de quoi faire les premiers virages de la saison. En décembre c'est pas si fréquent. Et même un bon tiers de la descente avec une bonne neige de printemps !