dimanche 12 novembre 2017

Prévention anti crue décénale

Dimanche 12 novembre au Kondalé
JM Escande
TPST: 4h

Pour se remettre du défilé, un petit tour au Kondalé.
J'ai la mèche de 12, un accu bien chargé et mon  super marteau désobeur, ça devrait dérouler!
Évidement, il y a quelques problèmes qui me font perdre 1 ou 2 heures , mais je suis seul, peinard et pas pressé.
Je prend le "patron" de la porte, fait un petit ménage et remonte en ramassant tous les restes des aménagements semi-industriels.
Provision de petit bois, puis la perceuse est déposée chez Jean Claude.

Commission Médicale 2017

Du 03 au 06 Novembre
Salles la source
TPST : 2 heures
TPES : 3 jours
Claire, Jean Marie + 9 autres participants

Le vendredi arrivée en fin de matinée près de Salles la source.

Résurgence de Salles la source
L'après midi petite balade de 2 heures sous terre à la "Bouche de Rolland". 




Une jolie vire sur une reculée jurassienne typique amène à une conduite forcée impressionnante. 


Vers ce qui pourrait être un réseau majeur. Làs au bout de 400 mètres de galerie entrecoupée de jolies salles notre progression bute sur le siphon terminal.






Le reste du week-end est consacré à tous les sujets médicaux de notre activité. Des risques infectieux (leptospirose, rage) à la cardiofréquencemétrie en passant par le désormais incontournable certificat médical.




On a même fait un peu de médecine avec en avant première une démonstration de réduction de luxation de l'épaule avant la parution d'un article sur Spélunca. Regardes bien, Sylvain, il ne t'es encore rien arrivé sur l'épaule...



J'ai demandé d'avoir les cardiofréquencemètres pour les tester sur un chantier de désob. Un des seuls domaines encore non testés. 

Au total week-end agréable avec le plaisir de revoir les habitués et d'en découvrir de nouveaux.

vendredi 3 novembre 2017

Trou de Béranger, lieu de rencontre à la mode ?

Jeudi 2 Novembre
Trou de Béranger Trassanel
TPST : 8 heures
JMarie + Guillaume et Camille + Sylvain et Jean Philippe et Emile, et Héléna et plusieurs autres

Je profite d’être seul pour revenir sur mon chantier. Une heure de pilonnage avec la grosse masse de Jean Claude et la murette n’existe plus.
La largeur est insuffisante pour passer dans la cloche. Je m’apprête à percer mais je m’aperçois qu’un trou est déjà foré, vestige d’un tir ayant canonné. Paille bleue. La paille pête mais pas le renforçateur. Et merde ça recommence à foirer ! Je perce un trou en 8 pour une nouvelle paille, jaune cette fois. Au bruit un petit bloc a du se détacher. Je vais voir et stupéfait, je découvre un tas de gravas, le bleu intact posé dessus. Tout est fissuré. En 3 sorties et une vingtaine de trous nous n’avions sorti que quelques gamates. En un seul tir c’est plus d’une douzaine qui sont évacuées ! Quand ça veut le faire !
En plus Guillaume se pointe avec Camille, au bon moment pour sortir les déblais.
Du coup je passe dans la cloche : un départ à gauche et en face, comblés par de la terre. Un autre à droite, remontant, non colmaté. Le trou, bonasse, se met à aspirer.
Nouveau tir sur l’angle à droite. Même effet ! Et Sylvain arrive avec sa troupe pour une nouvelle évacuation.
Un autre tir en plafond donne également de bons résultats.
Le conduit de droite, tapissé de glaise de consistances diverses, remonte encore sur 1m50 avec une pente d’environ 30°. A élargir et à creuser.
Retour en fin d’après midi.
La technique, les angles, la charge, on peut dire ce qu’on veut. Ce qui compte c’est la roche !

dimanche 29 octobre 2017

Ce sera une petite sortie!

Samedi 28 octobre
Le Kondalé
Jean Michel et Guillaume
TPST: 10h

Départ aux aurores pour de petits bricolages.
Je m'attaque au cadre de la porte , en 5 morceaux qu'il faut cheviller aux parois.
J'ai raclé tous mes fonds accumulés et dispose d'un ensemble très hétéroclite représentant tout ce qui a été fait de mieux depuis 40 ans: gougeons et chevilles à frapper, chevilles démontables en fonte etc...J'ai pris des mèches de 8,10,14,16.
Évidement c'est une de 12 qui était nécessaire. Bref je n’emmerde mais parviens quand même à en fixer 4.
Pendant ce temps Guillaume charge les 3 trous en huit que j'avais faits la sortie précédente.
Le premier tir n'est pas terrible (roche pourrie) mais suffisant, le second super et le troisième extraordinaire.Un énorme bloc  est décroché en haut du puits et vite poussé dedans.
En plus il a l'élégance de se bloquer dans le branche de droite, ce qui nous permettra de stocker des gravas sans les reprendre sur la tête..
Maintenant, 2 spéléos peuvent se croiser au galop!
Guillaume descend trastéger au fond pendant que je place une paille pour voir dans le méandre du haut. Joli effet qui permet d'entrevoir une zone proche, plus large.
Pendant que j'évacue les gravats des bruits bizarres apparaissent: des flip ,flap???
Je n'ai pas le temps de m'interroger et me trouve face à face ,à une chauve souris qui fait demi tour dans le méandre!!
Je rejoint Guillaume, lui fait part de ma rencontre et nous en concluons qu'il pourrait y avoir un fossile au bout .
Je vais voir le puits remontant, alors que Guillaume attaque le départ du méandre inférieur.
Brève collation, gros tir , déblayage et je remonte au méandre supérieur pendant que Guillaume mange (nous faisons les 2 huit à 2!).
3 grosses pailles plus tard, nous sommes à sec d'accus et le passage est quasi ouvert.
Il ne reste plus que la massette et notre puissante force morale!
La Patchamama a été bienveillante et après une petite heure d’efforts furieux, Guillaume passe enfin.
Un tout petit volume  aveugle à gauche et le méandre continue, rectiligne et rigoureusement horizontal sur au moins 5 à 7 mètres, tout droit , très étroit !!!

Milles gamates, l'on ne s'en sortira pas!

dimanche 22 octobre 2017

Solitaire et peinard

Samedi 21 octobre
Kondalé
TPST : 7h

Descente pour prendre les mesures de la future porte anti crue.
Pas de serrure, mais il faudra quelle soit  étanche et suffisamment solide pour résister à la pression de plusieurs mètres d'eau.
Et comme toutes les productions des ateliers des acacias elle sera d'une conception ultra simple et d'un coût dérisoire.
J'ai déjà récupéré presque tous les composants.
Au passage je pulvérise le bloc qui m'avais résisté la semaine dernière.
En dégagent les restes distraitement, je m'écrase le petit doigt gauche.
Heureusement l'ongle s'est décroché en partie et permet au sang de couler abondamment, ce qui limite la douleur.
Je passe Macron et fait un premier trou au sol en huit avec une mèche Hilti.
La paille format " Jean Marie" se coince. J'insiste , la pousse au fond du trou en force et la démolie.
J'en rajoute une devant et le tout part avec 50 cm de sol.
Je refais un trou en amont, dans une inter-strate mole.
La nouvelle paille se bloque, j’insiste encore, avec plus de précaution, arrive à l'enfoncer sans trop forcer, mais en la manipulant excessivement. Résultat, ça foire.
Je n'ai pris que 4 pailles, il ne me reste plus qu'a aller au fond pour récupérer le petit burin qui me permettra peut être de dégager la dernière paille.
Las, il a disparu.
Je remonte la corde, l'amarre au point haut et vide l'accu en faisant 3 trous aux passages les plus étroits.
Rendez-vous à la prochaine avec suffisamment de fines pailles ....
Je remonte avec les 2 barquettes à roulettes et après un petit ménage des zones désobées.